• Le jour où le monde s’effondra

    Un effroyable cataclysme est arrivé ce matin. Pourtant, la journée avait bien commencé : la colombe avait chanté, un coup de fusil l’avait touchée. Un jour paisible s’annonçait donc. Mais une enveloppe dans ma boite aux lettres le fit déchanter. À l’intérieur, sur un bout de papier, il y avait écrit en caractère latin :

    Samedi, veille du jour où le monde s’effondra,

           Monsieur,

    Attention !

    Le mal est là. Il s’incruste... Il se faufile à travers toutes sortes de fils.

    Des paroles, des images arrivent de nulle part et s’affichent sur des écrans rectangulaires.

    Pis, elles dictent les pensées que tu dois avoir.

    Mais diable, ces médias sont partout.

    Dans cette médiacratie ou médiocratie, ils disposent d’un pouvoir extraordinaire.

    Ils s’introduisent à longueur de journée dans ton esprit pour énoncer

    les vérités immortelles de l’instant.

    Méfie-toi aussi de ceux qui affirment lutter contre le dogme officiel,

    Qui en fait, te le dictent à rebours.

      

    Bernard Squarcini,

    Chef de la Direction Centrale du Renseignement Intérieur,

    84 rue de Villiers, 92300 Levallois-Perret

     

    Une lettre !!! Bizarre… Comment se fait-il qu’une lettre soit parvenue ici ? Pourtant, j’ai bien observé les moindres faits et gestes des gens dans la rue. Personne n’est venu et seul le facteur a touché la boite aux lettres. Mais lui, il est hors de cause, il vient tous les jours et ne poste jamais ce type de lettre. Ce bout de papier est donc capable de voler ! Haaaaa !!!!

    J’ai une idée. Je vais faire semblant de ne pas m’intéresser à lui. Ainsi, il essayera à coup sûr de rentrer chez lui. Je le suivrai et je connaîtrai le nom et l’adresse de celui qui l’a expédié. Il faut faire vite, il peut renseigner les marchands de thé. Quelle belle stratégie. Je m’épate à la bolognese.

    Andiamo. Non ti guardo. Je ne te regarde pas ! C’è vero. C’est vrai. Andiamo. Allez !

    Rien. Peut-être… ne comprend-t-il pas le groenlandais ? Mince. 

    Après cet effort éprouvant, je vais regarder la TV, qui est réapparue malgré la chasse d’hier. Tiens intéressant, je viens d’apercevoir qu’un quatrième candidat se présente à la fête des fous. Ces gens-là poussent comme des champignons. Encore deux et je n’aurai plus assez de mains pour les compter…

    Par le biais de pigeons voyageurs mécanisés, j’ai reçu une liste de noms fantaisistes. Il y aurait 37 candidats selon les manifestants et 4 selon la police médiatique (jusqu’à 11 lorsqu’ils sont d’humeurs généreuses). Certains manifestants invisibles, à l’instar de Cheminade, aurait même les signatures. Un autre, Asselineau, connaîtrait même les attributions effectives du roi des fous. Mais peu importe… Mais puisqu’à la fin, il ne doit en rester que quatre (puis 2, et enfin 1), autant s’encombrer directement le cerveau avec ces personnes vides. Après la liste, l’auteur du message énonçait le seul argumentaire cohérent pour expliquer son vote :

    Choisir le candidat dont le nom ressemble le plus au sien.

    « 148 ans depuis A.S.Environ J moins K »

    Tags Tags : , , , , ,